11.09.2017, 00:01  

Ame neuchâteloise, corps romain

Abonnés
chargement
1/2  

 11.09.2017, 00:01   Ame neuchâteloise, corps romain

MONTRES - Le design italien le plus radical et la technique horlogère la plus aboutie ont donné Octo. Un mariage façon Bulgari qui cultive son italiannité Swiss made.

«Dans le design italien tel qu’on le conçoit aujourd’hui, il n’y a pas de décoration. Tout est dans la forme». Pour appuyer son propos, Guido Terreni, directeur général de Bulgari Montres, porte à son poignet la dernière version de l’Octo, en titane sablé, lorsqu’il nous reçoit au siège de l’horloger à Neuchâtel.

La couleur uniforme mate du cadran, de la couronne, de la boîte et du bracelet est le choix qui convient à la démonstration: elle relève les traits anguleux...

«Dans le design italien tel qu’on le conçoit aujourd’hui, il n’y a pas de décoration. Tout est dans la forme». Pour appuyer son propos, Guido Terreni, directeur général de Bulgari Montres, porte à son poignet la dernière version de l’Octo, en titane sablé, lorsqu’il nous reçoit au siège de l’horloger à Neuchâtel.

La couleur uniforme mate du cadran, de la couronne, de la boîte et du bracelet est le choix qui convient à la démonstration: elle relève les traits anguleux de la pièce. Pour ajouter à l’apparente sobriété des formes, la boucle déployante se loge dans le bracelet, de sorte à ce que la fermeture soit invisible.

Descendante de l’Octo du designer genevois Gérald Genta (dont la marque est rachetée par Bulgari en 2000), l’Octo de Bulgari conserve la couronne ronde qui s’ouvre sur un cadran octogonal inspiré d’une basilique romaine. Mais la collection contemporaine redessinée par Fabrizio Buonamassa Stigliani, responsable du design des montres chez Bulgari, est modernisée, radicalement épurée. Ses lignes complexes la situent immédiatement à part.

Distincte de la majorité des montres, qui sont rondes, faut-il la qualifier de montre «de forme»? Ni carrée, ni octogonale, ni en tonneau, mais résolument géométrique, elle devrait peut-être avoir une catégorie propre.

Bulgari, fait maison

En 2012, l’Octo est orientée de manière à devenir le pilier des collections de montres homme. Guido Terreni veut inscrire cette montre dans le segment ultraplat. Il faut donc repenser chaque composant.

Un défi rendu possible par l’intégration croissante de la marque: aujourd’hui, elle fabrique elle-même 85% des composants dans ses manufactures réparties dans l’Arc jurassien. Boîtes et bracelets sont produits à Saignelégier, les cadrans réalisés à La Chaux-de-Fonds, les mouvements viennent du Sentier; à Neuchâtel, le développement et l’assemblage. Bulgari, troisième joaillier mondial, en mains du groupe LVMH, compte 300 employés pour l’horlogerie, dont 120 à Neuchâtel.

Un développement qui montre des résultats. En 2014, le modèle Octo avec tourbillon bat le record de minceur.

En 2016, ce même record de minceur est enlevé, cette fois, pour la répétition minute. Cette année, c’est l’Octo finissimo automatique à petite seconde qui devient le calibre automatique le plus fin du monde. Pour se loger dans une montre de 5,15 millimètres d’épaisseur, le mouvement ne fait que 2,23 millimètres. Autonomie: trois jours et deux nuits.

Qui porte l’Octo?

«Le luxe n’a rien de démocratique! Il est fait pour marquer une distance sociale, non?» remarque Guido Terreni. D’abord, la boîte complexe et ses 110 facettes donne une allure très caractéristique, et n’est pas faite pour plaire à tout le monde. Elle n’est pas non accessible à tout le monde, avec son étiquette qui tourne autour de 12 000 francs.

Pour Guido Terreni, elle est destinée à «des bons connaisseurs de la mode qui veulent s’en distinguer par un pas de côté», pour «se faire plaisir et montrer leur succès».

Dans de nombreux marchés, notamment la Chine, Guido Terreni note que les amateurs de belle horlogerie sont «de plus en plus compétents», affichant des goûts sûrs et une compréhension de l’esthétique. «Ils savent ce qu’ils achètent», remarque-t-il.

L’Octo semble donc armée pour représenter partout dans le monde le mariage neuchâtelois unique du design italien contemporain et des mécanismes horlogers tels qu’ils se perfectionnent dans l’Arc jurassien depuis des siècles.

Série

Les manufactures neuchâteloises comptent dans leurs catalogues de nombreuses montres de prestige. Qui sont ces ambassadrices de l’Arc jurassien et de la culture horlogère? Qui les fabrique? Qui les porte? On peut parfois les apercevoir au poignet d’une femme d’affaires, d’un comédien ou d’autres globe-trotters, et les passionnés les choisissent soigneusement, mais on ne les croise pas tous les jours dans la rue. Aujourd’hui, voici l’Octo.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top