12.09.2017, 00:01  

Duel en vue pour les mairies de Saignelégier et des Breuleux

Abonnés
chargement

 12.09.2017, 00:01   Duel en vue pour les mairies de Saignelégier et des Breuleux

Par LWU

FRANCHES-MONTAGNES - Le délai de dépôt des candidatures aux élections communales s’est clos hier. Peu de mairies disputées.

Vincent Vermeille se lance dans la course à la mairie de Saignelégier. L’ancien député, membre du Parti chrétien-social indépendant (PSCI), y affrontera Jean-François Boillat. Représentant du Parti démocrate chrétien (PDC), ce dernier avait déjà annoncé sa candidature le 7 septembre dernier. La grande surprise vient donc plutôt de son...

Vincent Vermeille se lance dans la course à la mairie de Saignelégier. L’ancien député, membre du Parti chrétien-social indépendant (PSCI), y affrontera Jean-François Boillat. Représentant du Parti démocrate chrétien (PDC), ce dernier avait déjà annoncé sa candidature le 7 septembre dernier. La grande surprise vient donc plutôt de son concurrent, dont l’intention n‘avait pas été révélée publiquement jusqu’à hier.

L’annonce de Vincent Vermeille reflète aussi la volonté du PCSI de reconquérir des mairies dans les Franches-Montagnes, comme il l’avait clairement fait savoir à la mi-août, lors de l’annonce de la candidature à la mairie du Noirmont de Claude Kilcher (notre édition du 17 août). Seul candidat, le coiffeur sera élu tacitement.

Aux Breuleux, le maire sortant, Renaud Baume (PLR) souhaite se lancer dans un deuxième mandat. Mais le projet de l’entrepreneur de 55 ans se voit concurrencé par un canditat de l’Entente communale, Jacques-André Aubry. L’ingénieur de 43 ans avait déjà officialisé son entrée dans la course fin juin. Il avait alors déclaré dans les pages du «Franc-Montagnard» qu’il se présenterait sur une liste libre, la section locale de son parti (le PDC) n‘ayant pas souhaité combattre pour la mairie.

À Saint-Brais, trois personnes convoitent le siège du maire, laissé vacant par Frédy Froidevaux. Il s’agit de Tiffany Bourquin, Aline Erard et André Frésard. Les deux derniers sont conseillers communaux depuis 2012.

C’est la première fois depuis 2008 au moins que la mairie breulotière est combattue. En 2008 et 2013, Frédy Froidevaux avait été élu tacitement, faute d’autre candidat.

C’est ce qui arrivera cette fois aux maires du Bémont et des Bois, André Tschudi et Marianne Guillaume, seuls prétendants à leur propre succession. Même scénario pour Vincent Steullet et Samuel Oberli, maires de Soubey et des Enfers. Au Noirmont, aux Genevez et à Muriaux, les nouveaux venus Claude Kilcher, Stéphanie Humair et Sophie Guenot seront eux aussi élus tacitement. Pour eux, ce sera une première.

Les communes de Montfaucon et de Lajoux sont, elles, confrontées à une absence totale de candidatures à la mairie. A Montfaucon, le vide fait suite au départ de Giovanni Todeschini, annoncé en juin.

A Lajoux, la nouvelle est plus surprenante, puisque Raymond Jecker avait récemment annoncé qu’il comptait se représenter. L’explication: le maire et les conseillers communaux actuels n’ont pas souhaité déposer de candidatures afin d’éviter à tout prix une élection tacite, Ce choix permet d’organiser une élection libre et, ainsi, d’offrir à la population la possibilité de donner son avis. «C’est une coutume depuis plusieurs années à Lajoux», a souligné le secrétaire Jean-René Brahier.

Les élections comunales auront lieu dans tout le Jura le 22 octobre prochain. LWU

Différentes élections

Tacites: quand il n’y a qu’un seul candidat par poste, il est automatiquement élu.

Libres: Si personne ne se présente à un poste, les électeurs peuvent glisser le nom de leur choix dans l’urne. Le citoyen élu peut ensuite décider s’il accepte le mandat ou non.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top