13.09.2017, 18:16  

Plongée dans des fouilles exceptionnelles à la Collégiale de Neuchâtel

Abonnés
chargement
Des archéologues autour de l'un des squelettes découverts à la Collégiale.

 13.09.2017, 18:16   Plongée dans des fouilles exceptionnelles à la Collégiale de Neuchâtel

Neuchâtel - Les fouilles archéologiques en cours à la Collégiale de Neuchâtel sont riches en découvertes. Nous vous proposons une plongée entre squelettes de notables et vestiges antérieurs à l'édifice religieux.

Un "scoop archéologique". L’expression a été entendue le week-end dernier à la Collégiale de Neuchâtel. Où pas moins de 600 des 3400 visiteurs des Journées du patrimoine sont passés.  Des découvertes de taille sont faites en ces lieux chers aux Neuchâtelois.

Un site sensible

"Ce sont des fouilles très exposées. Le succès des visites et le débat sur le cloître montrent l’attachement de la population à ce site", explique l’archéologue Christian de Reynier. "J’ai appris ici...

Un "scoop archéologique". L’expression a été entendue le week-end dernier à la Collégiale de Neuchâtel. Où pas moins de 600 des 3400 visiteurs des Journées du patrimoine sont passés.  Des découvertes de taille sont faites en ces lieux chers aux Neuchâtelois.

Un site sensible

"Ce sont des fouilles très exposées. Le succès des visites et le débat sur le cloître montrent l’attachement de la population à ce site", explique l’archéologue Christian de Reynier. "J’ai appris ici à faire attention au regard du public", dit celui qui suit le projet depuis 2006.

"Il faut apprendre à convaincre, car il n’y a pas d’évidence à notre fonction." A la Collégiale, la justification du travail des archéologues est plus simple qu’ailleurs: "Nous avons un mandat du propriétaire, la Ville, qui entretient son patrimoine. L’entretien est une nécessité et de toute façon les trous doivent être faits!"

Un chantier unique

Les travaux en cours sont une première: jamais le sol de l’édifice religieux n’avait été examiné de manière aussi étendue. Lors de la dernière intervention de grande ampleur, celle de Léo Châtelain autour de 1870, "on était dans un projet d’embellissement du plus beau temple de la ville. Aujourd’hui, alors que les temples sont malheureusement morts pour certains, on est dans un chantier de restauration".

"Le principe de cette fouille, c’est qu’avec l’installation d’un nouveau chauffage et la réfection du sol, les 60 à 70 premiers centimètres vont disparaître. L’enjeu, c’est la possibilité de connaître, de façon intime, un chantier de la fin du 12e siècle. C’est réellement exceptionnel et c’est le côté unique de la Collégiale en Suisse occidentale".

Les découvertes

Si la partie la plus spectaculaire des fouilles est la mise au jour d’une dizaine de squelettes, les vestiges seront riches d’enseignements. Ainsi, des murs attestent d’une construction, et d’un cimetière, antérieurs à la Collégiale. Dans le sol se lit aussi un "changement de programme très important", avec le passage d’un chantier roman à un chantier gothique. Cela est visible dans "un joli parement de pierre jaune, parfaitement taillé,  refait à un moment donné".

Christian de Reynier et un parement modifié durant la construction. Crédit: Leo Duperrex

Dans une tranchée, une ligne blanche signale  un niveau de circulation plus ancien. "Nous nous concentrerons sur cette zone, en dégageant niveau après niveau. Tout élément permettant une datation, comme une pièce de monnaie, sera intéressant." 

Nobles ossements

Les tombeaux révèlent aussi de précieux indices. Comme des restes de chaussures ou de tissus. Les fouilles portant sur "la zone la plus sacrée de l’église, les squelettes sont forcément ceux de gens d’une certaine importance. Est-on en train de sortir tous nos comtes de Neuchâtel?" 

"Les tombes ne se recoupent jamais. Cela signifie qu’elles étaient marquées en surface dès le 12e siècle", note Christian de Reynier. Du coup, "j’ai rarement fouillé une église aussi propre au niveau funéraire. Nous n’avons pratiquement que des bonshommes entiers..." Après analyse, les ossements qui ne seront pas conservés au Laténium seront remis à la Collégiale.

Des squelettes entiers ont été retrouvés. Crédit: Leo Duperrex

Chaque squelette a droit à sa fiche de documentation. Crédit: Leo Duperrex

La suite

Les fouilles démarrées en juillet se termineront à fin octobre. Mais les archéologues interviendront encore sur les murs, aux côtés des restaurateurs. D’ici trois ans, ils investiront la partie occidentale de la Collégiale.

Leurs trouvailles auront des conséquences sur le chantier: "Le plan de chauffage devra être rediscuté, en particulier en fonction des vestiges de maçonnerie." Mais le calendrier doit être tenu, comme le budget.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !

À lire aussi...

JOURNÉES DU PATRIMOINELumière sur les loges maçonniquesLumière sur les loges maçonniques

NEUCHÂTELUn chantier qui durera six annéesUn chantier qui durera six années

Top