11.09.2017, 00:01  

En panne de jeu, le FCC est un vainqueur mécontent

Abonnés
chargement
A la peine face à Sonny Kok, les Chaux-de-Fonniers (ici Ludovic Grossenbacher et Gentian Demolli)  ne cachaient pas leur envie de mieux maîtriser le jeu malgré la victoire.

 11.09.2017, 00:01   En panne de jeu, le FCC est un vainqueur mécontent

FOOTBALL - Dominés, les Chaux-de-Fonniers ont tout de même battu Stade Lausanne 2-0.

Troisième match à domicile et troisième victoire pour le FC La Chaux-de-Fonds. Aucun but encaissé face à ce qui était la deuxième meilleure attaque du championnat de Promotion League. Le tout assorti d’une plus qu’honorable sixième place après sept journées. Le FCC avait de quoi de réjouir samedi après avoir pris la mesure d’un fringant Stade Lausanne à qui il n’a manqué que des buts. Et pourtant, les Chaux-de-Fonniers ne dansaient pas sur les...

Troisième match à domicile et troisième victoire pour le FC La Chaux-de-Fonds. Aucun but encaissé face à ce qui était la deuxième meilleure attaque du championnat de Promotion League. Le tout assorti d’une plus qu’honorable sixième place après sept journées. Le FCC avait de quoi de réjouir samedi après avoir pris la mesure d’un fringant Stade Lausanne à qui il n’a manqué que des buts. Et pourtant, les Chaux-de-Fonniers ne dansaient pas sur les tables.

Explications: «Notre rapide ouverture du score nous a fait mal en termes de jeu. Nous ne savions pas s’il fallait défendre cet avantage ou continuer à aller de l’avant. Cela nous a fait déjouer. C’est un miracle que nous n’ayons pas pris de but», relevait le capitaine Julien Prétot.

Car le FCC avait tout juste en début de match. Une occasion pour Hayoz après 30 secondes donnait le ton, avant que Kasai ne se joue de Morax pour ouvrir le score (4e). Et les «jaune et bleu» de disparaître jusqu’à la pause. «Oui, il faut savoir faire le dos rond quand ça va moins bien. Mais nous l’avons fait un peu trop longtemps à mon goût», assurait l’entraîneur Christophe Caschili.

Envie de trop bien faire

Archi-dominés, les maîtres des lieux étaient toutefois bien en place et ne concédaient que peu d’occasions franches aux Lausannois. Tout juste, Martinovic dût-il faire étalage de son talent face à Ndongo (19e) et Kok (33e). «Ce que nous avons produit défensivement était cohérent, mais notre première période fut vraiment poussive», reprenait Julien Prétot.

La deuxième fut à peine meilleure, grâce à un ajustement tactique opéré par Christophe Caschili. Mais la trame ne changeait pas. Martinovic préservait encore l’avantage des siens devant Ndongo (65e) et Kok (69e). Son vis-à-vis Matos repoussait une tête de Kasai (69e) avant que Erard ne porte l’estocade (86e) en doublant la mise. «C’est paradoxal de réussir à ne pas encaisser face à la deuxième meilleure attaque, qui plus est en défendant mal. Stade Lausanne est une belle équipe, qui nous a étouffés et a remporté la bagarre du milieu de terrain. Le résultat est sévère pour notre adversaire. Il faut voir le verre à moitié plein et retenir le résultat, les trois points et souligner les bonnes entrées de Grossenbacher et, surtout de Erard, qui en plus de son but, nous a fait beaucoup de bien», convenait Christophe Caschili.

Gagner sans être satisfait, voilà une preuve de la faim qui anime les Chaux-de-Fonniers. «Nous n’avons pas su trouver notre jeu, ce qui fait habituellement notre force», constatait Julien Prétot. «A part lors de notre succès initial contre Breitenrain (3-0), nous n’avons jamais livré un match plein. Trop de joueurs se mettent trop de pression et nous jouons avec la peur de mal faire», avouait le capitaine Julien Prétot, rejoint par son coach. «Que nous soyons parfois frileux à l’extérieur, je peux l’admettre. Mais à domicile, c’est inconcevable. Nous souffrons peut-être d’un problème psychologique par rapport à une trop grande envie de bien faire. Nous donnons trop d’importance à l’enjeu, ce qui se fait au détriment du jeu. Je n’ai pas senti une équipe sûre d’elle aujourd’hui. Certains joueurs ne sont pas à leur niveau, donc ce que nous livrons n’est pas digne de ce que nous sommes capables de faire», reprenait encore Christophe Caschili.

«Au niveau du spectacle, ce n’était pas du grand football. On retient les trois points, mais nous devons en faire plus si nous voulons exister dans ce championnat», terminait Julien Prétot.

Vainqueur mécontent, le FCC tentera de faire mieux, le mercredi 20 septembre à Bâle contre Old Boys.

la chaux-de-fonds - stade lausanne 2-0 (1-0)

Charrière: 230 spectateurs. Arbitre: Schärli.

Buts: 4e Kasai 1-0. 86e Erard 2-0.

La Chaux-de-Fonds: Martinovic; Diakiese, Demolli, Prétot, Challandes; Ndzomo; Adjei (87e Coelho), Lo Vacco (81e Erard), Zbinden, Hayoz (46e Grossenbacher); Kasai.

Stade Lausanne: Matos; Danner, Geiser, Morax, Dangubic (82e Martinet); Laugeois, Gomis; Ndongo (74e Soos), Bavueza, Mejri; Kok.

Notes: fin d’après-midi fraiche. La Chaux-de-Fonds joue sans Parapar, Manai (blessés), Wüthrich (suspendu), Maranesi, Doutaz ni Indino (pas convoqués). Avertissements: 41e Hayoz (jeu dur), 44e Laugeois (réclamations), 71e Grossenbacher (jeu dur). Coups de coin: 6-7 (3-5).


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top