11.09.2017, 00:01  

L’effet Murat Yakin

Abonnés
chargement
Murat Yakin a mené Grasshopper  à la victoire hier au Letzigrund face au FC Sion.

 11.09.2017, 00:01   L’effet Murat Yakin

Par ats

Le retour aux affaires de Murat Yakin en Super League après une longue parenthèse de 1211 jours a été couronné de succès. Au Letzigrund, Grasshopper a battu le FC Sion ...

Le retour aux affaires de Murat Yakin en Super League après une longue parenthèse de 1211 jours a été couronné de succès. Au Letzigrund, Grasshopper a battu le FC Sion 3-2.

Ce succès répond bien sûr à l’exploit de la veille de Lausanne, la «lanterne rouge», qui s’est imposé 2-1 à Bâle. Les Zurichois possèdent toujours leurs trois points d’avance sur les Vaudois, mais ils sont revenus à la hauteur de Lugano, battu 3-0 à Berne par Young Boys, et de leurs adversaires du jour. Christian Constantin et Paolo Tramezzani doivent désormais regarder dans leur rétroviseur. Pas sûr que cette nouvelle donne comble de bonheur le président sédunois...

Menés au score à deux reprises par des Valaisans inspirés par un remarquable Pajtim Kasami, les Zurichois ont témoigné d’un réalisme extrême devant la cage de Mitryushkin. Ils ont marqué par Andersen (19e), Bergström (42e) et Sigurjonsson (56e). Sur ces trois réussites, la responsabilité d’Elsad Zverotic est largement engagée. Seul joueur de champ aligné par Tramezzani qui avait disputé la dernière finale de la Coupe de Suisse, l’international monténégrin a eu le tort de se lancer bien trop vite sur les premier et troisième buts et de renvoyer un peu trop dans l’axe le ballon sur l’action du 2-0.

Young Boys seul leader

Les malheurs de Zverotic ont éclipsé la performance de choix de Kasami. Passeur sur l’ouverture du score de Schneuwly à la 10e et buteur pour le 2-1 de la 27e, le demi est bien parti pour s’affirmer comme le patron de ce FC Sion «new look». A court de rythme – son dernier match officiel remontait au 18 février dernier –, Kasami n’a malheureusement pas pu «peser» vraiment sur la fin de match d’une équipe qui reste désormais sur cinq rencontres sans victoire.

Young Boys a su parfaitement exploiter les faux pas du FC Zurich, tenu en échec par Saint-Gall (1-1), et du FC Bâle pour prendre seul la tête du classement. Au Stade de Suisse, les Bernois ont forcé la décision devant Lugano grâce à un doublé de Nsamé et une réussite d’Assalé. Enfin, à Lucerne, Thoune a mené 2-0 avant de concéder un nul qui le relègue à la neuvième place, à un point derrière le trio Lugano-Sion-Grasshopper et avec deux unités d’avance sur Lausanne.

Inquiétudes bâloises

Gagner pour la première fois à Bâle depuis le 10 décembre 2000 a vraiment été une très belle idée pour le LS. Trois jours après avoir été conforté par son président, Fabio Celestini a eu l’intelligence de réintégrer l’ancien Biennois Benjamin Kololli dans son équipe. L’international kosovar a, en effet, allumé la flamme avec un coup-franc splendide pour offrir l’égalisation à ses couleurs. Si Lausanne avait perdu samedi, il se serait retrouvé à cinq points du maintien. Pas sûr qu’un tel écart puisse se gommer...

Cette défaite, en revanche, tombe très mal pour Raphaël Wicky. A trois jours du grand défi d’Old Trafford contre Manchester United, le Valaisan peut nourrir des inquiétudes quant à l’état de forme des Tchèques Vaclik et Suchy. Tous deux bien coupables samedi, le gardien et le capitaine n’ont pas encore digéré les défaites contre l’Allemagne et l’Irlande du Nord qui leur ont barré la route du Mondial 2018. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top