12.09.2017, 00:01  

Le Bernois Dominique Aegerter a l’embarras du choix

Abonnés
chargement
Dominique Aegerter a retrouvé le succès dimanche à Misano.

 12.09.2017, 00:01   Le Bernois Dominique Aegerter a l’embarras du choix

Par ats

MOTOCYCLISME - Quel team le vainqueur du GP de Saint-Marin rejoindra-t-il en 2018?

Avec sa signature dans l’équipe de MotoGP Marc VDS, Thomas Lüthi a réalisé un rêve. En revanche, tout est encore ouvert pour Dominique Aegerter la saison prochaine. Quel team de Moto2 va-t-il rejoindre? Sa décision impactera également l’avenir sportif de Jesko Raffin.

Il y a une année, Aegerter avait choisi de quitter Kalex après deux saisons pour revenir chez Suter....

Avec sa signature dans l’équipe de MotoGP Marc VDS, Thomas Lüthi a réalisé un rêve. En revanche, tout est encore ouvert pour Dominique Aegerter la saison prochaine. Quel team de Moto2 va-t-il rejoindre? Sa décision impactera également l’avenir sportif de Jesko Raffin.

Il y a une année, Aegerter avait choisi de quitter Kalex après deux saisons pour revenir chez Suter. Sur la machine du constructeur de l’Oberland zurichois, le Bernois avait décroché six podiums entre 2011 et 2014.

En septembre 2017, les soucis sont d’un autre ordre pour le vainqueur du Grand Prix de Saint-Marin dimanche à Misano. C’est moins la moto que l’argent qui préoccupe l’esprit du Bernois. Mais ce n’est pas son salaire qui est en jeu. Il en va surtout du financement de sa future équipe.

Chez son actuel employeur – Kiefer – Aegerter se sent bien sur le plan humain. Mais le budget sans un sponsor principal allemand sera sérieusement limité. Les tests seront réduits et le développement de la moto entravé. «Il n’y aura pas de miracle possible», formule Aegerter.

La réconciliation

C’est pourquoi le Bernois, qui a renoué avec le succès à Misano, sonde d’autres options avec son manager Robert Siegrist. De quatre équipes potentielles, il en reste encore deux en course. Outre Kiefer, Frédéric Corminboeuf a, de manière surprenante, soumis une offre de contrat à son ancien pilote. Les deux parties étaient pourtant entrées en conflit en septembre 2016. Aegerter avait même manqué les quatre dernières courses de la saison au plus fort de la tension. Selon Siegrist, les chances entre les deux teams «sont actuellement de 50-50. Nous devons discuter dans les prochains jours pour savoir ce qui est le mieux. Il faut trouver un équilibre entre une équipe où Dominique se sent en sécurité et la possibilité de conduire une KTM.»

Au terme de cette saison, l’écurie de Corminboeuf entamera une collaboration de deux ans avec le fabricant de motos autrichien. Les responsables de KTM poussent à un engagement d’Aegerter comme troisième pilote. Le Bernois de 26 ans est le dernier pilote de pointe en Moto2 à n’avoir pas encore signé un contrat pour la saison prochaine.

Conséquences collatérales

Si Aegerter optait pour un changement, cela mettrait son compatriote Jesko Raffin dans l’embarras. Selon le chef d’écurie Corminboeuf, le Britannique Sam Lowes et l’Espagnol (sans succès) Iker Lecuona ont un contrat fixe en poche. La troisième KTM est prévue pour Raffin. Mais ce dernier est sur la corde raide malgré un contrat pour 2018. Le Zurichois, en proie à des problèmes familiaux, n’a pris que trois points en 13 courses. Dimanche, il s’est classé dixième pour son meilleur résultat de la saison.

«Jesko doit obtenir plus de résultats et montrer qu’il appartient aux pilotes du championnat», exige Frédéric Corminboeuf. Son manager Marco Rodrigo espère également que Raffin va décrocher d’autres succès. Pour lui, son pilote possède un contrat en bonne et due forme pour 2018. «Je pense que l’autre partie va tenir ses engagements.» ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top