13.09.2017, 00:01  

Procédure ouverte à l’encontre de booking.com

Abonnés
chargement
Stefan Meierhans a fait remarquer que  les prix payés par les consommateurs  n’ont pas été mis en cause.

 13.09.2017, 00:01   Procédure ouverte à l’encontre de booking.com

Par ats

MONSIEUR PRIX - La plateforme de réservation est dans le viseur du surveillant des prix.

Le surveillant des prix de la Confédération a ouvert vendredi une procédure à l’encontre de la plateforme de réservation en ligne booking.com. Cette dernière n’était pas intéressée par un règlement à l’amiable et n’a pas souhaité entamer des négociations, justifie-t-il. Une critique vivement rejetée par booking.com.

Monsieur Prix a examiné les commissions payées par les hôteliers à booking.com en...

Le surveillant des prix de la Confédération a ouvert vendredi une procédure à l’encontre de la plateforme de réservation en ligne booking.com. Cette dernière n’était pas intéressée par un règlement à l’amiable et n’a pas souhaité entamer des négociations, justifie-t-il. Une critique vivement rejetée par booking.com.

Monsieur Prix a examiné les commissions payées par les hôteliers à booking.com en Suisse et trouvé des indices d’abus de prix, précisent les services de Stefan Meierhans dans leur dernière lettre d’information publiée hier. Le site faisait l’objet d’une enquête du surveillant des prix suite à des indices d’abus de position dominante pointés par la Commission de la concurrence (Comco).

Dans ce contexte, Monsieur Prix a étudié si les tarifs payés à la plateforme par les hôteliers traditionnels pour y figurer ainsi que par les consommateurs ne sont pas abusifs. Contacté, Stefan Meierhans a fait remarquer que les prix payés par les consommateurs n’ont pas été mis en cause, «même si les commissions versées par les hôteliers ont forcément un effet ricochet sur les prix finaux».

Fixer de nouveaux tarifs?

La conséquence logique de l’échec d’un règlement à l’amiable est l’ouverture d’une procédure administrative, poursuit Monsieur Prix. Celle-ci devrait aboutir à une décision unilatérale de Stefan Meierhans, soit la fixation de nouveaux tarifs pour ces commissions, à moins que le site en ligne n’accepte d’ici là d’entrer en discussion. La décision pourra faire l’objet d’un recours au Tribunal administratif fédéral.

«Il n’y a pas de délai, la procédure se veut ouverte», précise encore M. Prix. Interrogé, celui-ci n’a pas pu donner un ordre de grandeur ou des exemples plus détaillés de ces abus éventuels, étant donné que la procédure est en cours.

Critiques rejetées par booking.com

Dans un communiqué, booking.com rejette vivement les critiques de M. Prix. L’entreprise explique avoir rencontré le 13 juin dernier des représentants des services de Stefan Meierhans et leur avoir fourni toutes les données nécessaires. On ne peut donc pas parler de refus d’entrer en discussion, insiste la plateforme.

Celle-ci précise avoir montré durant la réunion que ses commissions sont raisonnables en comparaison avec ses concurrents et les tarifs pratiqués dans des pays comparables. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top