07.09.2017, 15:30  

Une conseillère nationale veut offrir un bon culturel de 500 francs à chaque adolescent de 16 ans

chargement
Le bon pourrait donner accès aussi bien à des entrées dans les musées qu'à des représentations de pièces de théâtre ou des abonnements à des journaux ou des revues.

 07.09.2017, 15:30   Une conseillère nationale veut offrir un bon culturel de 500 francs à chaque adolescent de 16 ans

Culture - Pour encourager les jeunes à s'intéresser à la culture, une élue PS demande à la Confédération d'offrir un bon culturel de 500 francs à chaque adolescent pour son 16e anniversaire. Le Conseil fédéral est opposé à cette initiative trop coûteuse.

Les jeunes de 16 ans ne devraient pas recevoir de la Confédération un bon culturel de quelque 500 francs pour leur anniversaire. Le Conseil fédéral juge cette initiative trop chère et compliquée.

L'idée est soutenue par la conseillère nationale Min Li Marti (PS/ZH). Elle y voit un moyen pour aider les jeunes à comprendre la complexité du monde, les protéger de la radicalisation, du populisme ou des idées nationalistes et aider les bas revenus à s'ouvrir à la culture.

Le bon pourrait donner accès aussi bien à des entrées dans les musées qu'à des représentations de pièces de théâtre ou des abonnements à des journaux ou des revues. Favorable à une participation la plus large possible de la population à la vie culturelle, le Conseil fédéral n'est toutefois pas convaincu par le projet.

Le bon coûterait cher: 43,4 millions de francs par an. Et il faudrait compter avec des frais administratifs importants ainsi que des pertes de diffusion considérables (non-utilisation des bons), note le gouvernement dans sa réponse publiée jeudi.

Et de rappeler que la plupart des institutions culturelles sont gérées par les cantons ou les communes, qui doivent rester libres d'appliquer les mesures de leur choix. La grande majorité des jeunes de 16 ans sont en outre en formation et bénéficient donc déjà de tarifs réduits. Enfin Caritas propose une "CarteCulture" à l'intention des personnes socialement défavorisées.

ATS

À lire aussi...

PréventionGenève: des cabines téléphoniques pour parler du suicide des adolescentsGenève: des cabines téléphoniques pour parler du suicide des adolescents

Top