02.08.2015, 18:49

«Histoire vivante», modèle de convergence réussie

chargement

Isabelle Clarke, réalisatrice; Daniel Costelle, auteur de nombreux documents télévisés souvent de longue haleine, parfois en collaboration avec Henri de Turenne, scénariste; Jean-Louis Guillaud qui occupait de hautes fonctions dans des chaînes françaises: ces noms disent-ils quelque chose aux jeunes générations?

Cette solide équipe réapparaît dans une minisérie de six épisodes de cinquante-deux minutes, trois dimanches durant sur TSR 2, les 23 et 30 août et le 6 septembre 2009, en case «Histoire vivante», une émission des plus passionnantes et rigoureuses de la TSR, qu'il faut saluer à cette juste valeur. Un bel exemple de convergence avant l'heure qui établit une étroite collaboration entre la TSR, la RSR et le journal «La Liberté», avec bonne place donnée aussi sur des sites qui permettent de voir l'émission durant une semaine. C'est un travail remarquable de chercheurs qui savent que les documents audios et visuels font partie du matériel de base de l'information historique contemporaine.

 

La forme est solidement classique. A la base, il y a une recherche de longue durée de documents qui existent un peu partout dans le monde. Cette première sélection faite, parfois des centaines d'heures, permet ensuite aux monteurs et aux auteurs de construire leurs sujets, ici de manière chronologique («L'agression»-1939 - et «L'écrasement» 1940 /41 le 23 août. «Le choc»-1941 et «L'embrasement»-1942 /43 au soir du 30 août). Un imposant travail de numérisation a été effectué sur les versions finales assurant une belle qualité visuelle. La colorisation, aux teintes plausibles, améliore le «spectacle» pour la majorité des téléspectateurs mais ne représente pas moins une sorte de «trahison» des documents d'origine, le noir /blanc. Cette démarche s'apparente alors à la fiction.

 

Classique tout autant, le commentaire dit par Mathieu Kassovicz, mais qui prend en compte des déclarations d'anonymes dont on cite les noms en ajoutant «il dit» ou «elle a écrit». On se rapproche ainsi de la base alors que souvent l'Histoire est racontée à Travers ceux qui semblent la diriger. Une excellente série à haute valeur pédagogique dans une forme «spectaculaire» parfaitement acceptable.

 

Le nom du directeur de l'Office fédéral de la culture était cité dans la chronique de samedi dernier. Malheureusement mal orthographié. Il fallait lire «Jean-Frédéric Jauslin».

Développement et illustrations sur http://blog.lexpress.ch/retines


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

MusiqueThe National, Véronique Sanson, Philippe Katerine, Niska et Christophe Maé à l’affiche de la 20e édition de Festi’neuchThe National, Véronique Sanson, Philippe Katerine, Niska et Christophe Maé à l’affiche de la 20e édition de Festi’neuch

«BRUNO MANSER»Vie et mort d’un défenseur de la natureVie et mort d’un défenseur de la nature

Vie et mort d’un défenseur de la nature

Sur le mode de la fiction documentée, un biopic très impliqué qui relate le combat inégal mené par l’activiste bâlois.

  11.12.2019 00:01
Premium

«DOCTEUR?»Un Noël à moitié BlancUn Noël à moitié Blanc

Un Noël à moitié Blanc

Troisième long-métrage de Tristan Séguéla après «16 ans… ou presque» et «Rattrapage», «Docteur?» réunit le débutant...

  11.12.2019 00:01
Premium

ABCUne lecture musicale pour présenter «Ramification», un projet de livraison de textes et chansons à domicileUne lecture musicale pour présenter «Ramification», un projet de livraison de textes et chansons à domicile

Critique«Silence!», le théâtre de la Passade fait son cinéma à Boudry«Silence!», le théâtre de la Passade fait son cinéma à Boudry

Top