//
 02.08.2015, 19:02

Prévenir plutôt que réprimer pour endiguer la violence des supporters

chargement

Les dispositifs policiers et les interdictions de stade ne résoudront pas à eux seuls le problème des supporters violents. Des voix s'élèvent pour une politique qui ne se base pas seulement sur la répression, mais aussi sur la prévention - jusque dans le «kop».

«Dans d'autres domaines ce principe est admis, alors pourquoi pas dans le sport?», lance Thomas Gander, directeur de Fancoaching suisse. Avec le «Fanarbeit» de Bâle, il est un des pionniers de la prévention auprès des supporters en Suisse. Il faut des sanctions, admet le travailleur social. Mais, seule, «la répression accentue le  problème».

C'est pourtant cette voie que la Suisse a choisi. En 2006, la loi visant au maintien de la sécurité intérieure a été révisée en vue de  l'EURO 2008. Limitée à fin 2009, elle est remplacée dès le 1er janvier par un concordat intercantonal qui reprend le dispositif. Il prévoit notamment des interdictions de stade, l'obligation de se présenter à la police, voire la mise en garde à vue. Dix-huit  cantons y ont adhéré pour l'heure.

Pour Thomas Busset, collaborateur scientifique au Centre international d'étude du sport (CIES) de l'Université de Neuchâtel, «le fait qu'on ait misé sur la répression a fait changer les attitudes des supporters, qui se sont en partie radicalisés». Déjà observé à l'étranger, le phénomène était prévisible, note-t-il.

Violences dans les ligues inférieures
Les actes violents se sont déplacés dans les ligues inférieures; des personnes interdites de stade ont migré vers des manifestations moins contrôlées. Les violences se sont aussi reportées dans des lieux comme des aires d'autoroutes où des rencontres - fortuites ou planifiées - ont lieu entre ultras au retour de leurs déplacements.

Selon le secrétaire général de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP), Roger Schneeberger, ce n'est pas un effet pervers: «On ne peut pas ne rien faire dans les stades de Superleague de football sous prétexte que la violence se reporte dans les ligues inférieures. C'est comme si on renonçait aux contrôles sur les autoroutes sou prétexte que les excès de vitesse se sont reportés sur les routes de campagne», illustre-t-il.

Travailleurs sociaux dans le «kop»
S'inspirant d'expériences européennes, la CCDJP a présenté à la mi-novembre un concept contre la violence dans le sport. Il prévoit notamment une carte de supporter pour accéder aux matches de ligue  A. Ces mesures vont être discutées avec les autorités et clubs concernés. «Si le besoin se fait sentir en ligue B, nous ferons la même démarche», assure M. Schneeberger.

Le projet de la CCDJP prévoit d'accompagner les supporters lorsqu'ils se rendent à l'extérieur. Cette mesure qui existe déjà grâce aux coachings de fans à Bâle, Berne ou Lucerne. St-Gall, qui a longtemps misé sur la répression, songe également à s'y mettre.

Les travailleurs sociaux chargés du coaching sont présents dans le «kop» et nouent une relation de confiance avec les jeunes, en particulier avec le noyau dur, explique Thomas Gander. De nombreuses discussions et négociations ont par ailleurs lieu avec les  supporters.

Les fans ont un rôle à jouer, il faut que les autorités et les clubs le reconnaissent, estime M. Gander. A Bâle, par exemple, les supporters se sont autorégulés quant aux dégâts matériels.

Engouement sans précédent
Thomas Busset appelle lui de ses voeux «une politique concertée et un travail sur le long terme.» Pour Thomas Gander, il faut se garder des objectifs irréalistes comme éradiquer toute violence. Mieux vaut accompagner le phénomène du supportariat en mettant des limites et en empêchant les extrémismes.

Le football et le hockey connaissent un engouement sans précédent. Pour 2009, en Superleague, on s'achemine vers le million de spectateurs, fait valoir M. Gander. Il faut aussi tenir compte de ces paramètres lorsqu'on constate que les «kops» se sont étoffés ces dernières années. /ats

Quelque 250 hooligans violents en Suisse

En Suisse, l'Office fédéral de la police (fedpol) estime à 250 le nombre de hooligans prêts à agir très violemment. Quelque 1500 personnes seraient en outre «disposées à la violence».

Avant l'EURO 2008, les supporters ont fait «preuve de retenue», selon un rapport de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police (CCDJP). Celle-ci a observé une baisse des actes violents au cours du 1er semestre.

Le dispositif légal a destabilisé les fans affichant un comportement violent. Ces derniers ne voulaient pas courir le risque de se voir interdits de stade, relèvent la CCDJP et fedpol.

Après les Championnats d'Europe, les polices de Suisse ont été confrontées à un regain de violence. Elles ont enregistré 80 événements marqués par des actes de violence. Plus de 150 personnes ont été blessées et plus de 200 ont été arrêtées. La CCDJP en conclut que «depuis la fin de l'EURO 2008, il semble que les  supporters sont fondamentalement plus déterminés à agir violemment».

Du monde dans le «kop»
Pour le chercheur Thomas Busset, la distinction faite ces dernières années entre les «ultras», supporters d'une équipe véhiculant une forte charge émotionnelle, et hooligans, qui cherchent la violence de prime abord, tend à s'estomper. On parle désormais plutôt de «supportérisme violent».

Ces cinq dernières années, il y a de plus en plus de monde dans  le «kop», observe Thomas Gander, directeur de Fancoaching suisse. On y trouve des jeunes entre 15 et 21 ans. C'est une sorte de culture jeune, de groupe, qui peut déboucher sur de la violence, selon le spécialiste. /ats 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

AutomobilismeFormule 1 – GP du Brésil: Max Verstappen sans rival à InterlagosFormule 1 – GP du Brésil: Max Verstappen sans rival à Interlagos

Verstappen remporte le GP du Brésil

Max Verstappen a remporté pour la huitième fois de sa carrière le GP du Brésil à Interlagos. Le Néerlandais s’est...

  17.11.2019 20:05

Table rondeSportifs et entrepreneurs font-ils bon ménage?Sportifs et entrepreneurs font-ils bon ménage?

distinctions«Sports Awards» 2019: qui sera le «MVP de l’année»? Découvrez le portrait des six nominés«Sports Awards» 2019: qui sera le «MVP de l’année»? Découvrez le portrait des six nominés

Mérite sportif 2019Elisez vos sportifs neuchâtelois de l’année 2019!Elisez vos sportifs neuchâtelois de l’année 2019!

SportEclairage: «We are the champions»Eclairage: «We are the champions»

Top